Actualités

Amnyos consultants retenu par l’Agefiph pour déployer un projet expérimental en faveur de la lutte contre la désinsertion professionnelle sur les 2 prochaines années

Le projet soumis au 1er semestre 2020 par notre Cabinet a l’honneur de faire partie des 15 projets innovants retenus par la Commission innovation et expérimentation de l’Agefiph au titre de son appel à projets 2020 visant à innover en matière de prévention de la désinsertion professionnelle et de maintien en emploi des personnes handicapées.

En matière de politiques publiques, il ne suffit pas de proposer les « bonnes » solutions ou les « bons » dispositifs. Encore faut-il que les usagers s’en emparent ! Absence de réponses des usagers aux propositions de rencontres par les services compétents, non-recours aux droits et services, stratégies d’évitement, non suivi des « prescriptions » d’orientation… , les problématiques sont multiples.

Face à ces constats, les « réflexes » et réponses usuelles des « producteurs » de dispositifs publics et offreurs de services (rénovation des aides et contenus d’accompagnement, fusion de structures et de services pour rendre le paysage plus lisible pour les usagers, meilleure information des professionnels et usagers, …) sont nécessaires, intéressantes mais souvent insuffisantes. En effet, l’efficacité des politiques publiques dépend aussi de la façon dont les citoyens réagissent et la mesure dans laquelle leur comportement réel et leur expérience d’accès aux services et à l’information autour de ces services sont pris en compte dans la conception des politiques publiques.

C’est ce constat qui a amené AMNYOS consultants à proposer à l’Agefiph de travailler, au titre de cet appel à projets, avec un angle d’attaque inédit : convoquer et croiser les savoirs et clefs de lecture de disciplines jusque-là peu mobilisées dans le champ de la lutte contre la désinsertion professionnelle et du maintien dans l’emploi à savoir les sciences comportementales et le design de services.

En effet, les personnes en risque d’inaptitude dans leur emploi ou activité ont, sur le papier, la possibilité de mobiliser différents « services ressources » (services sociaux des CARSAT, services de santé au travail, service ressources humaines de leur employeur ou encore mission handicap ou santé au travail, Cap emploi, Agefiph, les Maisons départementales des Personnes handicapées…) pour travailler sur leur parcours de maintien dans l’emploi et/ou anticiper leur reconversion professionnelle.    Mais toutes, loin s’en faut, ne s’en emparent pas.

Or la détection et l’information et orientation précoces sont, du point de vue de tous les professionnels avec lesquels nous avons travaillé, L’ENJEU MAJEUR.

Beaucoup de choses se jouent donc dans les premiers contacts entre les personnes concernées et les structures et professionnels qui peuvent les accompagner dans un parcours potentiellement semé d’embûches.  Les acteurs de la prévention de la désinsertion professionnelle et du maintien dans l’emploi déploient beaucoup d’énergie dans ce sens. Pour autant pas toujours avec le succès escompté. La situation reste malgré cela insatisfaisante si l’on s’en tient au volume de licenciement pour inaptitude

 Notre objectif est ainsi de travailler à :

  • Lever les freins psychologiques à l’accès aux dispositifs et favoriser les prises de décision et passage à l’action ;
  • accroître la désirabilité, l’ergonomie des propositions faites par les services ressources ;
  • prendre en compte le contenu, la forme des messages et leurs canaux de transmission (humains, matériels et numériques) : modifier un courrier, changer un canal d’information, favoriser l’information par les pairs…)-
  • Faciliter le passage à l’action en travaillant l’architecture des choix

Notre projet propose des modalités de collaborations nouvelles en inter-institutionnel (mise en place d’une communauté apprenante constituée de professionnels issus des services-ressources intervenant sur le champ) et en pluridisciplinarité pour résoudre des problématiques communes aux organisations, en mobilisant l’intelligence collective. 

L’expérimentation sera déployée sur le territoire Auvergne-Rhône-Alpes, en partenariat avec NF études et AINA.

Notre projet proposera non pas de développer de nouveaux services mais bien de revisiter les modes de délivrance des services actuels de primo-information et orientation et d’améliorer leur ergonomie et les interactions entre services et usagers en amont et pendant leur délivrance.

La finalité est de rendre les services et informations délivrés plus ergonomiques, plus humains, plus accessibles, pour favoriser le recours aux ressources (acteurs et dispositifs) et l’engagement dans les parcours de maintien.

  • Julie PLASSAT

    Directrice Pôle inclusion

    Pour plus d’information, contactez-moi –mail

Retour à la liste
Actualité précédente
Actualité suivante
Retour haut de page